profession de foi

Publié le par Beziers Citoyens à Gauche

Tous les jours sous nos yeux, se vérifient les conséquences d’une politique anti sociale qui, à l’échelle de la ville, produit les mêmes effets qu’à l’échelle du pays.

                 M. COUDERC et M. SARKOZY

                ont choisi cette politique

                qui déchire la société.

 


Le chômage et les petits boulots qui touchent les jeunes et les moins jeunes sont d'autant plus  synonymes d’avenir bouché que la politique de M. Couderc en matière d’emploi et de formation n'est pas une priorité dans le biterrois.

 

Faute de logements sociaux, les travailleurs pauvres sont encore plus appauvris par des loyers exorbitants,rendant les fins de mois difficiles,les soins inaccessibles , les maisons de retraite inabordables...

 

Les priorités de M. Couderc concernent en premier lieu le bien être d’une partie de la population et quand lesinvestissements existent pour « le plus grand nombre », ils relévent du saupoudrage :


• 1000 logements détruits pour 224 logements reconstruits.
•  2000 dossiers en attente depuis des années,
120 places pour une seule maison de retraite municipale,  pour 70 000 habitants.

 

Les « zones franches » créées à grand renfort  de publicité qui devaient générer des emplois dans les quartiers  " défavorisés " profitent surtout aux professions libérales qui sont exonérées d’impôts.



Le plan d’urbanisation critiqué par le préfet montre que sans aucun souci social ou écologique, M. Couderc pense surtout à offrir un pactole aux promoteurs immobiliers.
 
Il faut en finir avec l’opacité dans la gestion des affaires publiques.


Les élus doivent rendre des comptes.

Pour cela, il faut faire vivre la démocratie participative quartier par quartier.

Les projets,qui concernent les habitants, avec les choix budgetaires qu'ils impliquent, doivent être soumis à des assemblées de citoyens dans les quartiers.

 Comme M. Sarkozy, M. Courderc mène une « guerre sociale » contre les plus pauvres qu’il veut rejeter en dehors de la ville.

Dans le plan d’urbanisation, il prévoit d’implanter des logements très sociaux  à Cantagal, au ras de l'A75. Même le préfet s'y oppose.

 Ainsi, M. Couderc fait du rejet des plus pauvres une sorte de gouvernance.

Selon le dernier sondage, "la sécurité" serait en tête des préoccupations des biterrois. Argument primordial pour le FN et M.Couderc pour justifier leur politique d'exclusion.

En ce qui nous concerne et à contre courant de cette idée reçue parce que nous le vérifions tous les jours, nous affirmons que c'est la misère, les injustices, les inégalités qui provoquent l'insécurité et la violence.

La solution ne réside pas dans une répression aveugle, mais dans la mise en oeuvre d'une véritable politique sociale garantissant une réelle solidarité et égalité.

 

Pour vivre bien ensemble à Béziers, il faut, comme à l'échelle nationale,un autre partage de la richesse produite.C'est-à-dire une politique à l'opposé de celle de Messieurs Couderc et Sarkozy.

Publié dans Profession de Foi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article